Muriel Taragano, artiste à l'honneur

Du vendredi 1er au samedi 30 juin:

Sculpture, installation

Samedi 9 juin, à 11h:

Rencontre avec Muriel Taragano et vernissage

 

 

Sur une table et des étagères de la bibliothèque, venez découvrir l'univers de la plasticienne gahardaise, Muriel Taragano. Installation d'objets moulés et donnés à une nouvelle interprétation, "Bibliothèque de titres" composée de titres que les lecteurs ont choisis, et "livres-amis" de l'artiste vous permettront d'entrer dans une nouvelle histoire, un ou des prélude(s), ceux de Muriel Taragano.

Muriel Taragano présente ainsi sa démarche: 

"La table des préludes : une étendue sur laquelle voisinent des éléments que rien ne prédispose à la réunion. La surface les réunit tandis que le « lecteur » les relie par un mouvement de la pensée en libres associations. Aucune certitude, le regard erre d’une chose à l’autre et déroule un récit possible et fragmentaire.

La Pensée se fait racine, chemine sans but, sans attendu, prête aux rencontres.

La vanité dans l’art du XVIIème siècle propose une méditation sur la vie fragile, éphémère par la représentation de différents objets, fragments le plus souvent sur une table.

Sur la table, le temps du vivant est également à l’oeuvre : le souffle d’une feuille d’arbre saisi par empreinte directe, la coquille vide d’une origine perdue, répétée en plâtre et tout aussi fragile, les livres d’heures, sculptures, produits du temps passé à leur fabrication... sont des artefacts qui donnent une matérialité aux formes du temps (durée, instant, intervalle, éternité...)

Saisir par l’empreinte ou le prélèvement, doubler, envelopper, réparer sont les actions d’une autre écriture faisant de chaque élément une singularité.

Cependant pour qu’il y ait prélude, c’est à dire la possibilité d’une histoire, il faut un agencement, associer par exemple la fragile feuille de plâtre à la dureté du marbre, poursuivre avec quelques aiguilles de montres dispersées sur un fragment de granit. Mais cela ne peut s’écrire : chaque agencement n’est que le produit d’une sensibilité singulière qui se laisse aller à la rêverie face aux choses ordinaires."

Pour découvrir l'univers de Muriel Taragano, cliquez ici